« Charrette » et santé ?

Chacun l’a peut-être vécue, subie ou évitée pendant ses études. Un article du 20 novembre dans Le Monde, à lire ici, livre des témoignages sur la charrette, qui reste présente aujourd’hui dans l’enseignement puis la pratique de l’architecture.

L’article montre bien que s’il revêt parfois l’image d’un moment de création idéalisé, le travail de nuit généralisé devient rapidement une astreinte dangereuse pour la santé. Il est bon d’y réfléchir : pourquoi « est-on charrette » ? Comment remplacer la dite « culture de la charrette » par une culture positive du temps du projet ? Des pistes existent. Enseigner explicitement à appréhender et gérer le temps de création, comme part de l’apprentissage de la conduite d’un projet. Mieux évaluer les quantités de travail exigées. Encadrer les étudiants qui en ont besoin sur les questions d’organisation… Cet article encourage les écoles à mener ses réflexions avec les enseignants et étudiants. Et les agences et ateliers d’architecture à le poursuivre dans la vie professionnelle.

A l’énsa-pb, rappelons quelques initiatives qui existent aujourd’hui pour la santé des étudiants et qu’ils ne doivent pas hésiter à solliciter : consultation avec un psychologue à l’école ou activités sportives et osthéopathie avec le bellasso par exemple.

A ce sujet, Alumni Paris-Belleville réfléchira à son action possible lors de la prochaine rencontre du conseil d’ administration. Vous pouvez nous envoyer propositions ou témoignages pour vous saisir de ses questions...

Paloma Charpentier, présidente du bureau – Image libre de droits